Opéra de Reims

Calendrier

« mai 2017 »
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31 1 2 3 4
 

3 rue Chanzy
03 26 500 392


Les Amis de l’Opéra

Opéra de Reims


Photos

zoomer


Nos soutiens

Accueil Saison 2016-2017 Spectacles WERTHER

WERTHER

PRESENTATION

Dimanche 19 mars 14h30 (audiodescription)
Mardi 21 mars 20h00
Chanté en Français
Surtitré
Tarifs : 54€ - 44€ - 28€ - 10€
Durée indicative : 2h45 avec entracte


Lorsque Goethe publia ses Souffrances du jeune Werther, le roman connut un succès tel qu’il provoqua ce que l’on appela la « fièvre werthérienne », causant les suicides de jeunes gens prêts à tout pour imiter les héros romanesques.
Plus d’un siècle plus tard, en plein romantisme français, Jules Massenet s’inspire de cette histoire d’amour impossible pour composer un drame lyrique bouleversant. Fidèle à son modèle littéraire, le compositeur saisit à merveille la ferveur exaltée des sentiments et laisse libre cours à ses inventions harmoniques et mélodiques pour atteindre une intensité musicale rare. La partition offre de magnifiques duos entre Werther et Charlotte, déchirés entre leur aspiration au bonheur et le respect implacable des conventions sociales et familiales que la jeune femme ne pourra dépasser.
Dans une mise en scène inspirée, Paul-Emile Fourny, rend toute sa force à cet ouvrage dont le héros tourmenté cherche dans la mort une réponse à ses souffrances. Sous un Clair de lune pudique, l’orchestre bruisse de l’entente muette de deux êtres qui se cherchent et se fuient sans cesse. Jusqu’à ce que dans un élan fébrile, les larmes de Charlotte laissent couler le lyrisme éperdu d’un amour à l’issue inéluctable…

Pour voir un extrait de la pré généralede ce spectacle qui a eu lieu récemment à Metz : https://www.facebook.com/PEFourny/?...

DIAPORAMA du spectacle à Metz :
Photos : Arnaud Hussenot - Opéra-Théâtre de Metz Métropole


DISTRIBUTION

Direction artistique : David T. Heusel
Mise en scène : Paul-Emile Fourny
Décors : Benoit Dugardyn
Costumes : Stella Maris-Muller
Lumières :Patrick Meeus

Werther : Sebastien Guèze
Albert : Alexandre Duhamel
Le Bailli : Christian Treguier
Charlotte : Mireille Lebel
Sophie : Léonie Renaud
Schmidt : Eric Mathurin
Johann : Julien Belle

Chœur d’enfants du Conservatoire de Reims
Chef de chœur : Yves Weeger
Orchestre : Opéra de Reims

Coproduction : Opéra de Massy, Opéra-Théâtre de Metz Métropole, Opéra de Reims.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

David T. Heusel

Direction musicale

 

David T. Heusel débute sa carrière en Allemagne et est durant neuf ans coach vocal, directeur des études musicales et chef d’orchestre à Oberhausen, Kiel et Dortmund. En 1989, il devient chef-assistant de l’Orchestre Philharmonique de Nice. De 1995 à 1997, il est directeur musical à l’Opéra Comique, où il dirige Mireille, La Bohème, Carmen et Die lustigen Weiber von Windsor. Il travaille depuis 1998 en tant que free-lance en Europe, Amérique du Nord et Asie.

Il dirige ainsi à Toronto, Canadian Opera Company (Norma avec June Anderson et La Bohème), au Festival de Savonnlina en Finlande (Les Contes d’Hoffmann), Festival Diaghilev de Perm en Russie (Alcina), Opernhaus de Halle (La Clemenza di Tito, Giselle, Martha, A Midsummer Night’s Dream), Royal Danish Opera de Copenhague (Rigoletto), Teatro Giuseppe Verdi à Trieste (La Duchessa di Chicago), Teatro de la Zarzuela à Madrid et Capitole de Toulouse (Le Revenant), Grand Théâtre de Genève (La Fille du Régiment), Opéra de Toulon (Le Pays du Sourire), Opéra-Théâtre de Metz Métropole (My Fair Lady, Vanessa, A Midsummer Night’s Dream), Opéra de Sakai à Osaka où il est directeur musical durant quatre ans (Don Carlo, Carmen, Cavalleria Rusticana, Le Rossignol, Die Fledermaus, Le Nozze di Figaro), Opera Ireland (Die Zauberflöte, Il Barbiere di Siviglia, Madama Butterfly, Die Fledermaus, Carmen, La Cenerentola, Hänsel und Gretel) et RTE Concert Orchestra à Dublin, Lyric Opera Productions à Dublin (La Bohème, Rusalka, Verdi Gala), Lake George Opera Festival à New York (Madama Butterfly), Opéra de Maribor en Slovénie (La Bohème, Don Giovanni).

David Heusel dirige également de nombreux ballets : Le Sacre du Printemps / Erda (Théâtre Stanislavsky de Moscou, Deutsche Oper am Rhein, Düsseldorf / Duisburg), Giselle (Deutsche Oper am Rhein, Opernhaus Halle, Opéra de Nice), Casse-Noisette (Deutsche Oper am Rhein, Düsseldorf / Duisburg, Swedish Royal Opera, Opéra-Théâtre de Metz Métropole), La Fille mal gardée (Opernhaus Halle), Cendrillon et Le Sacre du Printemps / L’Essence de la danse (Opéra-Théâtre de Metz Métropole), Le Lac des Cygnes (Deutsche Oper am Rhein, Swedish National Ballet et Gothenburg Opera Orchestra), Beauty and the Beast de Korngold et les créations de The Snow Queen et de Casanova avec le chorégraphe Ralf Rossa (Opernhaus Halle).

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Paul-Émile Fourny

Mise en scène

 

Après l’obtention d’un Premier Prix des Arts de la parole délivré en 1981 par le Conservatoire Royal de Wallonie de Liège, Paul-Émile Fourny est professeur, comédien, metteur en scène et responsable de l’animation du Centre culturel d’Oupeye en Belgique.

En 1985, il rejoint l’équipe de Gérard Mortier au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles. Poursuivant sa carrière en France depuis 1989, il travaille pour l’Opéra d’Avignon et les Chorégies d’Orange. Il est Directeur général et artistique de l’Opéra de Nice de 2001 à 2009 et Directeur artistique de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole depuis avril 2011.

Homme de théâtre, il développe sa carrière de metteur en scène parallèlement à la gestion des structures qui lui sont confiées. Il réalise les mises en scène de nombreux ouvrages lyriques en coproduction avec de grandes scènes internationales, telles que le New York City Opera et le Statni Opera de Prague pour Ariane et Barbe-Bleue de Dukas, le Teatro Colón de Buenos Aires pour Le Songe d’une Nuit d’Été de Britten…

En 2008, il met en scène Tosca de Puccini à Nice, à Modena, Piacenza et Ferrara, et Il Trittico de Puccini au Festival international de musique de Macao dans le cadre de l’année Puccini à travers le monde. En 2009, il réalise notamment la mise en scène des Contes d’Hoffmann à l’Opéra National de Singapour, Manon Lescaut de Puccini au Festival de Torre del Lago et Faust au New Israeli Opera de Tel Aviv. L’été 2011, le Festival de Savonlinna (Finlande) l’accueille pour l’ouverture avec Don Giovanni de Mozart et les Chorégies d’Orange pour Rigoletto de Verdi. Il réalise en 2012 de nouvelles productions de Werther pour le Teatro Argentino de La Plata, Carmen à l’occasion du 50e anniversaire de l’Opéra National de Séoul, My Fair Lady et Roméo et Juliette (coproduction Tours, Avignon, Massy, Metz et Reims).

Plus récemment, il propose de nouvelles coproductions de Ballo in Maschera avec l’Opéra de Bienne (CH), Il Trittico avec le Théâtre National Slovène de Maribor et l’Opéra de Tours, Cavalleria Rusticana / I Pagliacci avec l’Opéra de Toulon, ainsi que La Vida Breve de De Falla, A Midsummer Night’s Dream de Britten, les créations théâtrales de Charly 9 d’après le roman de Jean Teulé et de L’Étranger d’Albert Camus à l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole. Il met également en scène Manon Lescaut d’Auber à l’Opéra Royal de Wallonie, Samson et Dalila à Maribor et Don Giovanni au Festival de Savonlinna.

Cette saison, il mettra également en scène Werther à l’Opéra de Massy et à l’Opéra de Reims, ainsi que Aïda aux Chorégies d’Orange.

Paul-Émile Fourny a reçu, en 2007, les insignes de Chevalier de la Légion d’Honneur.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

Benoît Dugardyn

Décors

 

Le scénographe belge Benoît Dugardyn étudie l’architecture à l’Université de Leuven.

Après avoir travaillé à la direction technique de la Monnaie (Bruxelles) et de l’Opéra des Flandres, il se consacre depuis 2001 exclusivement à la scénographie.

Parmi ses réalisations, notons Un Ballo in Maschera (Bienne), La Cenerentola (Erfurt), Salomé (Portland), Der Rosenkavalier (Bolchoï), Lakmé (Bonn, Metz), Iolanta / Francesca da Rimini, Orfeo ed Euridice (Theater an der Wien), Faust et Carmen (Santa Fe), Anna Bolena (Dallas, Washington), Die verkaufte Braut, Tsarskaya Nevesta (Francfort), Don Chisciotte (Innsbruck, Amsterdam), Die Fledermaus (Glyndebourne, Genève), Lady Macbeth de Mzensk, Oedipus Rex, Cavalleria Rusticana / I Pagliacci (La Monnaie), Un Ballo in Maschera (Biel / Solothurn, Metz), Manon Lescaut (Opéra Royal de Wallonie), Hänsel und Gretel, Cendrillon, La Belle au Bois Dormant (Opéra-Théâtre de Metz Métropole), La Clemenza di Tito (Dallas, Covent Garden de Londres), Il Trovatore (Los Angeles, Washington), Otello, Der Fliegende Holländer (Séoul), Les Noces de Figaro (Washington) et tout récemment Lakmé à Tours et Der Freischütz au Virginia Opera.

Parmi ses projets, citons notamment la reprise de Werther à Massy et à Reims, ainsi que Aïda aux Chorégies d’Orange.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

Stella Maris Müller

Costumes

 

Stella Maris Müller est diplômée de l’Université de Buenos Aires et de l’Institut Supérieur d’Art du Teatro Colòn en Conception de Costumes dans le domaine théâtral. Elle suit des cours de scénographie et de réalisation de costumes, des séminaires et des ateliers d’art, de mode, de maquillage, de peinture et de moulage.

Dans le cadre du Cycle Latino-américain d’Opéra Contemporain, elle signe la scénographie et les costumes de l’opéra Suyai du compositeur chilien Eduardo Cáceres. Au Teatro Argentino de La Plata, elle crée les costumes de Werther, mis en scène par Paul-Émile Fourny, Il Trovatore, la création mondiale de El ángel de la muerte de Mario Perusso et Madama Butterfly, également présentée au Teatro Solís de Montevideo dans une mise en scène de Massimo Pezzutti. Pour le festival de musique contemporaine du Teatro San Martín, elle signe les costumes de Satyricon de Bruno Maderna, mis en scène par Marcelo Lombardero, pour le Teatro Coliseo les costumes de I Pagliacci dans le cadre du Plan Fédéral d’Opéra et de Danse.

Pour l’association Buenos Aires Lìrica, Stella Maris Müller crée les costumes de Iphigénie en Tauride, Le Consul, Tosca et Roméo et Juliette de Gounod.

Elle est assistante aux costumes au Teatro Colòn pour Dialogues des Carmélites et Maldoror, au Teatro Avenida pour Rigoletto, Werther, Les Noces de Figaro, participe aux productions costumes de La Clemenza di Tito pour Buenos Aires Lírica et de La Vida Breve au Théâtre de Guadalajara México.

Stella Maris Müller est professeur en Conception de Costumes à l’Université de Palermo à Buenos Aires.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

Patrick Méeüs

Lumières

 

Patrick Méeüs commence par éclairer de nombreuses chorégraphies (plus de 70 mises en lumière pour la danse depuis 1986). Depuis 1992, il réalise des éclairages pour la danse, le théâtre et l’opéra.

Pour le théâtre, il collabore notamment avec Daniel Mesguich : Bérénice, Hamlet, Dom Juan, La Vie Parisienne, La Tempête, Antoine et Cléopâtre, Électre, Médée, Cinna, Le Prince de Hombourg de Kleist, Le Diable et le bon Dieu de Sartre, Le Dibbouk de Anski, Le Désespoir tout blanc de C. Nicoïdski, Du Cristal à la fumée de J. Attali… Il travaille également à plusieurs occasions avec La Comédie Française.

Pour le Ballet du Capitole de Toulouse et le Ballet Nice Méditerranée, il a éclairé notamment Roméo et Juliette, L’Oiseau de Feu, Le Sacre du Printemps, La Sylphide, La Tempête, Coppélia, L’Après-midi d’un Faune, La Pavane du Maure, Étranges Voisins, La Stravaganza, La Chaconne, Raymonda, The Envelope…

Dans le domaine de l’opéra, citons Jephta et Atys avec Jean-Marie Villégier, Pelléas et Mélisande, Samson et Dalila, Wozzeck, Elephant Man, Le Tryptique, La Damnation de Faust, Cosi Fan Tutte, L’Élixir d’Amour, Aïda, Les Contes d’Hoffmann, Rigoletto, Werther, Le Songe d’une Nuit d’Été, La Traviata, Le Pays du Sourire, La Belle Hélène, La Dame de Pique, Tosca, Carmen, Falstaff, Manon Lescaut, La Fille du Régiment, La Grande Duchesse de Gerolstein, Un Bal Masqué, Roméo et Juliette, La Veuve Joyeuse, La Voix Humaine, Le Château de Barbe-Bleue, La Flûte Enchantée, L’Enfant et les Sortilèges, La Cenerentola, La Chauve-Souris, Turandot…

Parmi ses dernières réalisations, citons notamment Manon à l’Opéra de Liège, Paradis Perdus et Paquita / L’Oiseau de Feu pour le Ballet du Capitole de Toulouse, Carmen à l’Opéra d’Avignon, Don Giovanni au Festival de Savonlinna, La Traviata aux Chorégies d’Orange et La Tempête à l’Opéra de Bordeaux.

À l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, il signe la scénographie et les éclairages de la pièce Charly 9 de Jean Teulé et des trois opéras de Il Trittico, ainsi que les lumières de L’Elisir d’Amore, La Vida Breve / Suites de Carmen, Un Ballo in Maschera, A Midsummer Night’s Dream, La Mégère Apprivoisée / Le Songe d’une Nuit d’Été, Cavalleria Rusticana / I Pagliacci et de la pièce La Nuit juste avant les forêts.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sébastien Guèze

Werther

 

Ténor français originaire d’Ardèche, Sébastien Guèze étudie le chant au Conservatoire de Nîmes, en parallèle d’une Maîtrise de Commerce International à l’université de Montpellier. Il intègre le Conservatoire National de Paris qu’il terminera premier nommé avec les félicitations du jury. Il est nommé aux Victoires de La Musique Classique, Révélation Artiste Lyrique par l’ADAMI, il obtient le Prix du Public et le Second Prix du Concours Placido Domingo-Opéralia.

Son premier Rodolfo dans La Bohème à l’Opéra d’Athènes sous la direction de Graham Vick lui ouvrira les portes d’une carrière internationale, rôle qu’il chantera dans une quinzaine de productions de La Fenice de Venise à La Monnaie de Bruxelles, en passant par Genève, Helsinki, Cologne, Austin USA, Manchester Opera North, Bordeaux et Liège.Suivra Alfredo dans La Traviata au Semperoper de Dresden, au Théâtre Wielki de Varsovie ou encore à La Monnaie. Il interprète également Roméo (Roméo et Juliette) à Hong-Kong, Amsterdam, Miami et à Monterrey au Mexique, Hoffmann dans Les Contes d’Hoffmann à Essen, Bonn et Wiesbaden en Allemagne, Nemorino dans L’Elisir d’Amore à São Paolo au Brésil, Duca dans Rigoletto à Guadalajara au Mexique et à Mantoue au côté de Placido Domingo, le rôle-titre de Faust à Toulon, Reims et Pampelune, Gaston dans Jérusalem de Verdi à Bonn, Pinkerton dans Madame Butterfly à Avignon, le rôle-titre de Pelléas et Mélisande à l’Opéra de Nice, Lensky dans Eugène Onéguine à Paris, Nadir dans Les Pêcheurs de Perles à l’Opéra national du Rhin, le Chevalier de La Force dans Dialogues des Carmélites à l’Opéra national de Lyon.

Il chante en concert aux Chorégies d’Orange, Salle Pleyel, à l’Auditorium de Radio France, au Festival de Spoleto, au Oji Hall de Tokio et au Grand Hall Philharmonique de Saint-Pétersbourg entre autres.

Il participe à la redécouverte du répertoire français où il incarne Fabrice del Dongo (La Chartreuse de Parme de Sauguet) à l’Opéra de Marseille, Pyrrhus (Andromaque de Grétry) à Bruxelles, Nuremberg, au Festival de Radio France et au Théâtre des Champs-Élysées, Mylio (Le Roi d’Ys) à Liège, à Saint-Étienne, à l’Opéra national de Montpellier et à l’Opéra Comique de Paris, Marius (Marius et Fanny) de Cosma, Shahabarim (Salammbô de Reyer), Vincent (Mireille) à Marseille, Christian (Cyrano) à Miami, Floreski dans Lodoïska (Cherubini) à l’Académie Santa Cecilia de Rome et au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, Jacques dans Un Amour en Guerre à Metz, création de Caroline Glory et Patrick Poivre d’Arvor.

Partageant la scène avec des artistes tels que Ermonela Jaho, Nino Machaidze, Sandrine Piau, Aleksandra Kurzak, Kate Aldrich, Placido Domingo, Ruggero Raimondi, Willard White..., il est mis en scène par Graham Vick, Marco Bellocchio, Andrea Breth, Garnett Bruce, Christophe Honoré, Mariusz Trelinski, Andreas Homoki, Georges Lavaudant, Jérome Deschamps, Omar Porras, Francesco Micheli..., et dirigé par des chefs tels que Adam Fischer, Zubin Mehta, Carlo Rizzi, Antony Hermus, Paolo Arrivabeni, Alain Altinoglu ou Kasushi Ono pour en nommer quelques-uns.

Ses engagements récents et futurs sont les rôles-titres des Contes d’Hoffmann à l’Aalto theater d’Essen, de Roméo et Juliette à Hong Kong, le Chevalier Des Grieux dans Manon à Marseille, Werther à Metz et Massy, Maurizio dans Adriana Lecouvreur à Saint-Étienne, Christian dans Cyrano à Detroit, Rodolfo dans La Bohème au Grand Théâtre de Genève et en concert à la nouvelle Philharmonie de Paris.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

Mireille Lebel

Charlotte

 

La mezzo-soprano canadienne Mireille Lebel est originaire de Vancouver et étudie à l’Université de Montréal et de Toronto. Elle fait ses débuts à l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal où elle se produit entre 2006 à 2009. Suite au concours de chant des Jeunes Ambassadeurs Lyriques en 2009, elle est invitée à rejoindre la troupe du Theater Erfurt où elle reste jusqu’en 2014.

À Erfurt, elle chante Sesto dans La Clemenza di Tito, le rôle-titre dans La Cenerentola de Rossini, Nerone dans L’Incoronazione di Poppea, Olga dans Eugène Onéguine, Fenena dans Nabucco, Cherubino dans Le Nozze di Figaro, Zweite Dame dans Die Zauberflöte, Orlowsky dans Die Fledermaus, Idamante dans Idomeneo, Hänsel de Hänsel und Gretel, Manja de Graefin Mariza, le rôle-titre dans Carmen et Sesto dans Giulio Cesare in Egitto.

Elle est également Erika dans Vanessa à l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole et Zempoalla dans The Indian Queen de Purcell au Festival de Schwetzingen, à l’Opéra de Bâle et à l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, Idamante de Idomeneo à l’Opéra de Tours et à l’Opéra de Bâle, Dorilla de Il Tigrane avec l’Opéra de Nice, Annio de La Clemenza di Tito avec Opéra Atelier à Toronto, Dorabella de Cosi Fan Tutte et Concepcion de L’Heure Espagnole à l’Opéra de Montréal.

En concert, elle se produit notamment dans Les Nuits d’Été de Berlioz, Le Messie de Haendel, le Stabat Mater de Haydn et les Symphonies n°2 et n°3 de Mahler aux côtés de prestigieux orchestres, comme les orchestres symphoniques de Houston, de San Antonio, de New Jersey, de Malaisie, d’Edmonton et Les Violons du Roy. Elle compte de nombreuses invitations à des festivals internationaux : le Festival de musique ancienne de Boston, le Festival de Buxton, le Festival de Lanaudière et le Festival international Felicja Blumental de Tel Aviv.

La saison dernière, Mireille Lebel a fait ses débuts à l’Opéra d’État de Prague dans le rôle-titre de Carmen. Elle est également réinvitée au Theater Erfurt pour le rôle-titre d’Orfeo ed Euridice et chante le rôle de Ljubica dans la reprise de Svadba d’Ana Sokolovic (première au Festival d’Aix-en-Provence en 2015) à l’Opéra de Nantes-Angers. Elle se produit en concert avec Tafelmusik, dans un programme d’airs de Haendel et de Vivaldi avec le chef Rodolfo Richter, avec l’Orchestre baroque Arion dans des airs de Vivaldi avec Enrico d’Onofri, avec les I Musici de Montréal dans la cantate Phaedra de Britten, et dans l’Oratorio de Noël de Bach avec Jean-Marie Zeitouni. Elle chante aussi Le Messie de Haendel avec le Kansas City Symphony et l’Orchestre symphonique de Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Cette saison, Mireille Lebel fait ses débuts dans le rôle de Charlotte de Werther à Metz, puis à l’Opéra de Massy et à l’Opéra de Reims. Elle fera également ses débuts à l’Opéra de Vancouver, dans le cadre de leur Festival, avec le rôle de Cherubino dans Le Nozze di Figaro. En mai 2017, elle chantera l’Archange dans le rare Paradis Perdu de Théodore Dubois sous la direction de Jean-Claude Malgoire au Festival Classica de Montréal.

En concert, elle chantera la Cantate BWV 206 de Bach avec la London Bach Society, sous la direction de Rodolfo Richter, et un programme Vivaldi avec l’Ensemble Castor dirigé par Enrico Onofri. Elle est également réinvitée à chanter avec Jean-Marie Zeitouni et les I Musici de Montréal pour l’Oratorio de Noël de Bach, et avec le Boston Early Music Festival pour le rôle de Minerve dans Le Carnaval de Venise de Campra. Elle débutera sa saison avec un programme Bizet-Massenet dans le cadre des ‟Vancouver recital series, The Salon Sessions”, en soutien du programme ‟Out in Schools”.

On peut entendre Mireille Lebel sur CD dans deux opéras de Lully (Thésée et Psyché), enregistrés avec le Festival de musique ancienne de Boston et mis en nomination pour un prix Grammy, ainsi que dans l’Actéon de Charpentier et Venus and Adonis de Blow, sortis récemment. Son dernier enregistrement de La Descente d’Orphée aux Enfers et La Couronne de Fleurs de Charpentier avec The Boston Early Music Festival a été nommé pour les Grammy Awards.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alexandre Duhamel

Albert

 

Adolescent, Alexandre Duhamel se passionne pour le théâtre et fait partie d’une troupe pendant plusieurs années avant de découvrir le chant avec Yves Sotin. Après une licence de journalisme à la Sorbonne, il est reçu à l’unanimité au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, où il suit l’enseignement de Malcolm Walker. Il y travaille le Lied et la Mélodie auprès d’Anne Le Bozec et suit les master-classes de Margaret Honig, Malcolm King et Tom Krause. Il se perfectionne ensuite auprès de Susan Mc Culloch et Alain Fondary.

En 2009, il entre à l’Atelier lyrique de l’Opéra National de Paris et fait ses débuts à l’Opéra de Paris sous la baguette de grands chefs d’orchestre tels que Philippe Jordan (Gianni Schicchi, Carmen), Michel Plasson (Werther), Alain Altinoglu (Faust), Daniel Oren (Francesca Da Rimini), Marc Minkowski (Mireille) ou encore Carlo Rizzi (Don Carlo, La Fanciulla del West).

Ses qualités musicales et son aisance scénique font qu’il est rapidement engagé sur les scènes françaises et européennes : Zurga (Les Pêcheurs de Perles, Bizet) à la Salle Pleyel aux côtés de Roberto Alagna et Nino Machaidze, Panthée (Les Troyens, Berlioz) à l’Opéra de Marseille, Moralès (Carmen, Bizet), l’Horloge et le Chat (L’Enfant et les Sortilèges, Ravel), Wagner (Faust, Gounod), Le Héraut (L’Amour des Trois Oranges, Prokofiev) et Jake Wallace (La Fanciulla del West, Puccini) à l’Opéra national de Paris, Mercutio (Roméo et Juliette, Gounod) à l’Opéra-Théâtre d’Avignon, Valentin (Faust) à l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, Don Andrès de Ribeira (La Périchole, Offenbach) à Marseille, Ping (Turandot, Puccini) à l’Opéra de Nice, La Balafre (La Vivandière, Godard) au Festival Radio France de Montpellier, Clavaroche (Fortunio, Messager) à l’Opéra-Théâtre de Limoges, Leporello (Don Giovanni, Mozart) à l’Opéra de Besançon, le Garde-Chasse (La Petite Renarde Rusée, Janacek) à l’Opéra de Rouen et à l’Opéra de Reims...

Son répertoire s’étend également à la Musique Sacrée : L’Enfance du Christ de Berlioz (Auditori de Barcelona), le Requiem de Fauré (Festival de Saint-Denis), la Messa di Gloria de Puccini, la Petite Messe Solennelle de Rossini...

Il se consacre aussi à la Mélodie française et au Lied, et donne ainsi des récitals à l’Opéra de Paris (Amphithéâtre et Studio Bastille), au Corum de Montpellier (Festival Radio France), à la Villa Médicis, à l’Opéra de Bordeaux...

Nommé dans la catégorie Révélation Lyrique des Victoires de la Musique 2011, Alexandre Duhamel est élu par l’Adami Révélation Lyrique de l’année et reçoit en 2011 les Prix Lyriques du Cercle Carpeaux et de l’Arop, qui récompensent chaque année un jeune chanteur s’étant particulièrement distingué au cours de la saison sur la scène de l’Opéra de Paris.

On a récemment pu l’entendre à la Scala dans le rôle de Panthée (Les Troyens), à l’Opéra national de Paris dans les rôles de Cithéron (Platée, Rameau), Mordred (Le Roi Arthus, Chausson) et Masetto (Don Giovanni, Mozart), en Guglielmo (Così Fan Tutte, Mozart) à l’Opéra de Tours et à Toulon, en Ramiro (L’Heure Espagnole, Ravel) à Tours, en concert à Stuttgart et au Prinzregententheater de Munich, à l’Opéra de Bordeaux dans les rôles de Paolo (Simone Boccanegra, Verdi) et du Grand-Prêtre (Samson et Dalila, Saint-Saëns), ainsi qu’au Festival de Glyndebourne dans La Petite Renarde Rusée (Harasta).

Alexandre Duhamel interprète cette saison Sancho (Don Quichotte) à l’Opéra National de Bordeaux, Der Herrufer (Lohengrin) à l’Opéra national de Montpellier, L’Horloge et le Chat (L’Enfant et les Sortilèges) à Monaco, Duparquet (La Chauve-Souris) à Marseille, Joseph dans L’Enfance du Christ à Varsovie, Albert (Werther) à Metz, Reims et Massy, et Le Grand-Prêtre (Alceste) à l’Opéra de Lyon.

#RETOUR

 

 

 

 

 

Christian Tréguier

Le Bailli

 

Élève d’Irène Joachim et de Xavier Depraz au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, Christian Tréguier est l’interprète principal de nombreuses créations dont L’Homme aux Loups de Georges Aperghis, Les Liaisons Dangereuses (Valmont) de Claude Prey, Prova d’Orchestra de Battistelli, Médée de Michèle Reverdy et Le Dernier Jour de Socrate de Graciane Finzi.

Sous la direction de Jean-Claude Malgoire, William Christie, Philippe Herreweghe, il aborde le répertoire baroque à la scène et en concert et chante les grands rôles du répertoire lyrique (Scarpia, Méphistophélès, Frère Laurent, Basilio, Arkel et Golaud).

Il interprète le Marquis de La Force de Dialogues des Carmélites (Scala de Milan sous la direction de Riccardo Muti, Maestranza de Séville, Théâtre des Champs-Élysées à Paris, Strasbourg, Bonn, Anvers), le Comte des Grieux et Brétigny de Manon (Opéra de Monte-Carlo, Opéra national de Paris), Arkel de Pelléas et Mélisande (Opéra Comique et Scala de Milan sous la direction de Georges Prêtre, Festival de Glyndebourne, Séville, Anvers), Golaud à Maastricht.

Christian Tréguier chante également Hérode de L’Enfance du Christ de Berlioz à l’Accademia Santa Cecilia de Rome, le Commandeur (Don Giovanni) et Frère Laurent (Roméo et Juliette) à Saint-Étienne, le Bailli (Werther) à Bordeaux, Crespel (Les Contes d’Hoffmann) au Teatro Real de Madrid et au Capitole de Toulouse, Priam (Les Troyens) à Amsterdam. À l’Opéra national de Paris, il interprète notamment Dr Grenvil (La Traviata), le Vieil Arabe et le Vieux Matelot (Juliette ou La Clé des Songes de Martinů), Brétigny (Manon), Johann (Werther).

Parmi ses projets, citons entre autres le Père de Famille dans L’Enfance du Christ.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

Léonie Renaud

Sophie

 

Après l’obtention de son diplôme de piano à lʼHEMU (Lausanne) dans la classe de Christian Favre, Léonie Renaud se consacre entièrement à ses études de chant avec Janet Perry à Berne où elle reçoit son Master avec les félicitations du jury. Elle part se perfectionner ensuite au CNIPAL de Marseille durant la saison 2012-2013. Durant ses études, elle est lauréate de nombreuses bourses et fondations. Elle bénéficie des impulsions de chanteuses renommées telles que Patricia Petibon, Marie-Ange Todorovitch, Renée Auphan, Yvonne Minton, Mireille Delunsch.

Lauréate en 2013 du Concours International de Spoleto, elle gagne en 2014 le 3e prix au Concours Paris Opera Awards à la Salle Gaveau en hommage à Dame Joan Sutherland.

Son activité de concertiste l’amène à se produire avec des chefs comme Bernard Haitink, David Zinman, Alexander Mayer, Benjamin Pionnier, Philippe Bernold, Jacques Mercier, Jean-Marc Aymes, Rolf Beck, Jacques Blanc, Thomas Rössner, Kaspar Zehnder entre autres, et à collaborer avec des orchestres renommés dont l’Orchestre de Chambre de Lausanne, le Sinfonietta de Lausanne, lʼOrchestre national de Lorraine. Récemment, elle s’est entourée de musiciens du Philharmonique de Berlin pour un programme privé de musique de chambre comprenant des œuvres d’Haendel et Strauss.

À l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, elle interprète Gretel dans Hänsel und Gretel sous la direction de Benjamin Pionnier, le rôle du premier Enfant dans une nouvelle production de La Flûte Enchantée dans une mise en scène de Daniel Mesguich, ainsi que Blonde dans L’Enlèvement au Sérail, production dirigée par Kaspar Zehnder et mise en scène par Joël Lauwers.

À l’Opéra de Toulon, elle incarne Naïade dans Ariane à Naxos dans une mise en scène de Mireille Larroche et sous la direction de Rani Calderon, elle reprend ensuite ce rôle à l’Opéra de Lucerne durant la saison 2015.

À l’Opéra de Marseille, elle est invitée comme soprano solo pour le Gloria de Vivaldi, ainsi que pour la création de l’oratorio Mosé de Giovanni Paolo Colonna avec l’Ensemble de musique baroque Concerto Soave sous la direction de Jean-Marc Aymes.

À l’Opéra dʼAvignon et à celui de Marseille, elle se produit en récital dans un programme ‟cabaret” avec des airs de Menotti et Bernstein. Lors de la Sommer Akademie de Salzbourg, elle se produit en soliste au Mozarteum dans des airs de Mozart (Pamina/Illia) et Strauss (Sophie-Rosenkavalier).

Elle débute la saison 2016-2017 au Murten Classics (Suisse) dans la 4e de Mahler accompagnée par le Janacek Philharmonic Ostrava, ainsi qu’au Festival de Besançon dans le Stabat Mater de Dvorak avec les Solistes de Lyon sous la direction de Bernard Tétu.

Scéniquement, elle sera Sophie dans Werther aux Opéras de Massy et Reims, Pauline dans La Vie Parisienne sous la baguette de David Reiland et dans une mise en scène de Waut Koeken à l’Opéra de Lausanne, où elle vient de tenir le rôle-titre de Maria-Luisa dans La Belle de Cadix sous la direction de Jacques Blanc. Elle sera également Amour dans Orphée et Eurydice.

Parmi ses projets figurent encore ses débuts à Zürich avec l’Orchestre de la Tonhalle dans Le Laudi d’Hermann Suter, ainsi que Les Nuits dʼÉté avec orchestre.

Léonie Renaud est devenue en 2015 ambassadrice culturelle pour le Canton du Jura et a été sollicitée par l’Hebdo pour faire partie du Forum des 100 personnalités qui font la Suisse Romande.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

Éric Mathurin

Schmidt

 

Éric Mathurin, titulaire d’un 1er Grand Prix de Chant à l’EMARI de Metz en 2004 après avoir suivi les cours d’Odette Remy, entre la même année comme ténor dans le Choeur de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole.

Il y est notamment Bastien (Bastien et Bastienne de Mozart), Giuseppe (La Traviata de Verdi), Le Farandoleur (La Route Fleurie de Lopez), Gustave (Pomme d’Api d’Offenbach), Jaimie (My Fair Lady de Loewe), Gontran / Joseph / Trébuchet (La Vie Parisienne d’Offenbach)...

Outre son activité à l’Opéra-Théâtre, il donne à Metz Sablon des cours de chant classique. Seul, ou avec son ensemble L’Heure Exquise, il propose également des récitals dans la région, abordant avec plaisir un vaste répertoire allant de l’opéra aux airs spirituels, en passant par la comédie musicale, l’opérette ou les chants de Noël.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

Julien Belle

Johann

 

Julien Belle débute sa formation vocale et musicale en Alsace au Conservatoire de Colmar où il travaille les répertoires de baryton-basse et contreténor.

En 1998, à vingt ans, il est finaliste du concours Voix Nouvelles, où il se fait remarquer dans le répertoire baroque pour sa voix de contreténor.

Parallèlement à son activité de journaliste reporter d’images, il continue ses études musicales au Conservatoire de Mulhouse dans les classes de chant lyrique, chant baroque et art dramatique. Il y obtient le Diplôme d’Études Musicales pour ces trois disciplines avec les félicitations du jury, ainsi qu’un Prix de Perfectionnement en chant lyrique.

En 2007, il est invité à chanter dans Carmina Burana de Carl Orff, à l’occasion du 700e anniversaire de la Ville de Belfort. Il y interprète la partie soliste de contreténor.

En septembre de la même année, il est engagé au sein du Chœur de l’Opéra-Théâtre de Metz Métropole, où on lui confie également des rôles en tant que soliste dans plusieurs productions : L’Attaque du Moulin d’Alfred Bruneau, Caravaggio de Suzanne Giraud aux côtés de Philippe Jaroussky, My Fair Lady de Frederick Loewe avec Julie Fuchs (Paul-Émile Fourny), Viva la Mamma de Gaetano Donizetti (Vincent Vittoz), Urbain dans La Vie Parisienne de Jacques Offenbach (Jérôme Savary), le Comte Pâris dans Roméo et Juliette de Gounod (Paul-Émile Fourny). Il fait partie des huit serviteurs dans Capriccio de Strauss (Dieter Kaegi) et il interprète Snout dans A Midsummer Night’s Dream de Britten (Paul-Émile Fourny). En octobre 2016 il interprète Marco dans Gianni Schicchi de Puccini (Paul-Émile Fourny).

Au Festival “Les Soirées Lyriques” de Gigondas, il est invité pour le Baron Douphol dans La Traviata et Morales dans Carmen.

En juillet 2010, il apparaît dans le film Colère de Jean-Pierre Mocky, dans lequel il interprète l’Ave Verum de Mozart.

Avec d’autres collègues du Chœur, il se produit régulièrement en récital où il chante des lieder, des mélodies françaises, des extraits d’opéras ou de comédies musicales.

#RETOUR

 

HAUT DE PAGE