Opéra de Reims

DISTRIBUTION

« avril 2017 »
L M M J V S D
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
 

3 rue Chanzy
03 26 500 392


Les Amis de l’Opéra

Opéra de Reims


Photos

zoomer


Nos soutiens

Accueil Saison 2016-2017 Spectacles THE RAKE’S PROGRESS

THE RAKE’S PROGRESS

Retour à la rubrique

DISTRIBUTION

Opéra de Stravinsky

 

Direction musicale : Jean Deroyer
Mise en scène et scénographie : David Bobée
Assistante à la mise en scène : Corinne Meyniel
Conseiller à la scénographie : Marc Lainé
Assistante à la scénographie : Aurélie Lemaignen
Costumes : Stéphane Barucchi
Assistante costumes : Isabelle Tartiere
Création vidéo et régie vidéo : José Gherrak
Crétion vidéo : Wojtek Doroszuk
Lumières : Stéphane Babi Aubert
Maquillage : Marion Labaye

Tom Rakewell : Benjamin Hulett
Anne Trulove : Marie Arnet
Baba le turk : Isabelle Druet
Nick Shadow : Kevin Short
Sellem : Colin Judson
Mother Goose : Kathleen Wilkinson
Father Trulove : Stephan Loges

Orchestre : Opéra de Reims
Choeur : Opéra de Limoges

 

Nouvelle production
Coproduction : Théâtre de Caen, Opéra de Limoges, Théâtres de la ville de Luxembourg, Opéra de Rouen et Opéra de Reims.
Fabrication des décors et costumes : Opéra de Limoges.
Production déléguée : Théâtre de Caen.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Deroyer, direction musicale

 

Chef d’orchestre français né en 1979, Jean Deroyer intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris à l’âge de quinze ans où il obtient cinq premiers prix. Depuis plusieurs années, il bâtit une relation privilégiée avec l’Ensemble Intercontemporain, qu’il a dirigé a de nombreuses reprises. Depuis 2008, Jean Deroyer est directeur musical de l’ensemble Court-circuit et chef principal de l’Orchestre régional de Normandie depuis 2014. Entre autres orchestres, Jean Deroyer a été invite à diriger de très prestigieux orchestres : le NHK Symphony Orchestra à l’Opéra de Tokyo, le Deutsche Symphonie Orchester, l’Israël Chamber Orchestra, les Orchestres Philharmoniques du Luxembourg, de Monte-Carlo et de Liège, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre National de Lille, l’Orchestre Philharmonique de Radio- France, l’Ensemble Intercontemporain, l’Orchestre National de Lyon et le Klangforum Wien. En 2010, il crée Les Boulingrin, opéra de Georges Aperghis à la tête du Klangforum Wien à l’Opéra Comique, dans une mise en scène de Jérome Deschamps. Il dirige ensuite Pelléas et Mélisande à l’Opéra de Rouen et l’Orchestre Philharmonique de Radio- France dans Ariane et Barbe Bleue de Paul Dukas. La saison dernière, il a créé l’opéra JJR de Philippe Fenelon mis en scène par Robert Carsen au Grand Théâtre de Genève. Il a récemment dirigé l’opéra Cassandre de Michael Jarrell au Festival d’Avignon avec Fanny Ardant comme récitante.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

David Bobée, metteur en scène

 

Depuis septembre 2013, David Bobée dirige le Centre Dramatique National de Haute-Normandie, premier CDN à vocation transdisciplinaire. Son théâtre est sans frontières. Ses interprètes sont acteurs, danseurs ou acrobates, professionnels, amateurs ou en situation de handicap, et brillent par leur diversité de nationalités et de cultures. Avec eux, il donne à réfléchir le monde depuis ses périphéries et ses identités différentielles. Engagé dans une recherche théâtrale originale, il met en œuvre conjointement scénographie, écriture dramaturgique, travail du son, de l’image et du corps.

Ses créations mêlent le théâtre, la danse, le cirque, la musique, la vidéo, la lumière et se jouent partout en France et à l’étranger. Au programme cette année : Lucrèce Borgia (créé en 2014) ; Dios proveerá (2015) spectacle de cirque colombien et de musique baroque, Paris (2015) d’après le roman de Fréderic Ciriez. David Bobée présentera cette saison son film sur Roméo et Juliette. Il proposera également un travail autour des migrants de Normandie et une recréation de Fées sur des textes de Ronan Cheneau. En projet : Les lettres d’amour d’Ovide à Montréal, La Vie est un songe de Calderon à Tunis.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Corinne Meyniel, assistante a la mise en scène

 

Apres avoir commencé son parcours par une formation de comédienne, Corinne Meyniel s’oriente vers un cursus académique pour devenir enseignante-chercheuse en études théâtrales. Enseignant la dramaturgie, l’analyse de spectacle et l’histoire du théâtre à l’université, elle garde un contact régulier avec le plateau en accompagnant pendant dix ans diverses pratiques amateurs. Sa connaissance du théâtre baroque français la conduit à Bruxelles où elle accompagne comme dramaturge les travaux sur la tragédie sanglante des élèves du RITS (Erasmushogeschool Brussel) puis elle collabore avec l’ensemble Les Dames Galantes (dir. Chloé Sévère) autour de programmes baroques. En 2016, elle participe comme dramaturge à l’Eliogabalo de Francesco Cavalli mis en scène par Thomas Jolly (dir. Leonardo Garcia Alarcon) à L’Opéra de Paris. The Rake’s Progress marque sa première collaboration avec David Bobée.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marc Lainé, conseiller à la scénographie

 

Né en 1976, Marc Laine est diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs en 2000. Depuis, il travaille régulièrement pour le théâtre et l’opéra en tant que scénographe et assistant à la mise en scène. Au théâtre, il a réalisé plus d’une cinquantaine de scénographies avec notamment Marcial Di Fonzo Bo, Richard Brunel, Arnaud Meunier, Pierre Maillet ou Madeleine Louarn… A l’opéra, il a notamment collaboré avec Richard Brunel pour les créations de Albert Herring a l’Opéra Comique, L’Élixir d’Amour à l’Opéra de Lille ou Le Kaiser Von Atlantis à l’Opéra de Lyon… Depuis 2008, Marc Laine conçoit ses propres spectacles. En affirmant une écriture résolument ≪pop ≫et une démarche transdisciplinaire, il crée des spectacles qui croisent le théâtre, le cinéma et la musique live.

Marc Laine a été artiste associe au CDDB – Théâtre de Lorient entre 2009 et 2015. Depuis 2014, il est artiste associé au CDN de Normandie-Rouen et sa compagnie La Boutique Obscure, implantée en Normandie, est en résidence à la Scène Nationale 61. Dans les structures où il est associé, Marc Laine a développé une série de projets participatifs et de décentralisation

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aurélie Lemaignen, assistante à la scénographie

 

En 2001, Aurélie Lemaignen entame des études d’architecture tout en ayant en ligne de mire la profession de scénographe. Tout au long de son cursus universitaire, elle est l’assistante de Fabien Teigne sur différents projets dont Le Cid mis en scène par Wissam Arbache au Théâtre de Gennevilliers en 2007 ou Je vous quitte, j’ai à faire mis en scène par Jean-Damien Barbin au Théâtre du Rond-Point pendant la même période. Diplômée de l’école de Paris-La Villette en 2007, elle navigue pendant deux ans entre architecture et scénographie.

Elle décide finalement de se consacrer principalement au spectacle vivant.

Depuis, elle est devenue la scénographe de Jean-Damien Barbin depuis 2009 lors des Journées de Juin du Conservatoire National d’Art Dramatique (CNSAD) et de la compagnie Mahu (Peau d’âne, Riquet à la houppe, Monstres Humains, La Bête Humaine). Elle est aussi l’assistante du scénographe Alexandre De Dardel pour des opéras comme La Traviata mis en scène par Jean-Francois Sivadier au Festival d’Aix-en-Provence 2011. Elle continue de collaborer avec Fabien Teigne, notamment pour La Petite Renarde rusée, opéra de Janacěk mis en scène par Marie-Eve Signeyrole au Corum de Montpellier en mai 2012.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

José Gherrak, vidéo

 

Né en 1974, Jose Gherrak, plasticien et vidéaste, grandit près de Caen ou il fera ses études. En 1999, il sort diplôme de l’école des Beaux-Arts de la ville. Commencent alors pour lui diverses collaborations avec différents collectifs artistiques (Station Mir, Purée noire, Music Expérience…), puis une première expérience en spectacle vivant avec Fréderic Deslias. Ce premier pas lui permet, en 2003, d’intégrer les laboratoires d’imaginaire social mis en place par de jeunes metteurs en scènes dont David Bobée avec qui il commence une longue collaboration aujourd’hui riche de six spectacles (Fées, Cannibales, Nos enfants nous font peur quand on les croise dans la rue, Hamlet, Metamorphosis, Roméo et Juliette, Lucrèce Borgia et Dios Proveerá). Il travaille en parallèle avec le metteur en scène Fréderic Deslias et le chorégraphe congolais Florent Mahoukou.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Wojtek Doroszuk,vidéo

 

Né en 1980, en Pologne, Wojtek Doroszuk se partage entre Cracovie et Rouen. En 2006, il est diplômé de la Faculté de Peinture de l’Ecole des Beaux-arts de Cracovie 2006. Ses travaux ont été montrés à de multiples reprises en individuel ou lors d’évènements collectifs : Centre for Contemporary Art Ujazdowski Castle (Varsovie), Zachęta National Gallery of Art (Varsovie), Museum of Modern Art (Varsovie), Location One (New York), Marina Abramovic Institute (San Francisco), Belfast Exposed, The Stenersen Museum (Oslo), Joseph Tang Gallery a Paris, etc.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stéphane Babi Aubert, lumières

 

Stéphane Babi Aubert est ne a Caen en 1969. Il s’intéresse très tôt aux arts visuels : la photographie et la lumière, puis viennent les arts vivants, les premières créations et tournées ; il développe les bases de son univers lumière. Il travaille avec les chorégraphes Jacky Auvray à Caen, Toufik Oudrihi Idrissi à la Rochelle, la metteur en scène Arzela Prunnenec. Il collabore régulièrement avec les compagnies de cirque Max et Maurice et de théâtre l’Elan bleu à Cherbourg. Il rencontre Guy Alloucherie, avec qui il crée tout d’abord le spectacle Marie, et pour qui il développe sa lumière au service des arts du cirque avec C’est pour toi que je fais ça, spectacle de la 9e promotion du CNAC.

A cette époque, il rencontre David Bobée, ils entament une collaboration et fondent la compagnie Rictus ; ils inventent une façon de travailler ensemble, une exploration profonde du rapport à l’image, à la scène, au corps, à l’écriture de plateau, avec notamment l’auteur Ronan Cheneau. Et ce, depuis 15 ans. Res Persona, Fées, Cannibales, Nos enfants nous font peur quand on les croise dans la rue, Warm, Hamlet, Roméo et Juliette, ils enchainent les spectacles en France mais aussi à l’etranger : Métamorphosis, Hamlet avec les acteurs russes du Studio 7 à Moscou… En 2011, ils créent This is the End, pour la 23e promotion du CNAC. D’autres collaborations se développent en parallèle de la compagnie Rictus avec notamment Eric Lacascade (Pour Penthésilée), De La Vallet Bidiefono au Congo (Empreintes, Où vers ?, Au-delà crée au cloitre des Célestins pour le Festival d’Avignon 2013) et enfin Gilles Defacque (Mignon Palace et Soirée de Gala). Il est le créateur lumière notamment des spectacles Lucrèce

Borgia avec le CDN de Normandie- Rouen, et de Dios Proveerá, spectacle de cirque colombien.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stéphane Barucchi, costumier

 

Natif de Limoges, Stéphane Barucchi a passé toute son enfance àSaint-Junien, bercé au son des machines àcoudre des femmes de sa famille maternelle, toutes contribuant àla confection d’éléments divers dans cette capitale du gant. Son intérêt et son attirance pour tout ce qui concerne la mode, l’habillement et ses accessoires étaient donc déjà génétiques ! Plusieurs années de pratique de la danse et du théâtre le conduisent, après sa formation aux Beaux-Arts, àParis dans les cours de Tania Balachova et de Vera Gregh. Fondateur depuis vingt ans d’une vaste collection de textiles et costumes anciens et de scène, il la présente chaque année lors des ouvertures au public du château de La Verdière, monument historique dont il fut maitre d’œuvre de la restauration, assouvissant ainsi sa passion du patrimoine. Andrea Ferreol, sa ≪mama ≫d’adoption, lui demande d’habiller Sophie Carrier dans le rôle de Callas au théâtre Dejazet àParis confrontant son intérêt pour le costume aux contraintes de la mise en scène. Ami et mécène depuis quinze ans de la maison Franck Sorbier Haute Couture, il a participé àla création des costumes de scène de Mylène Farmer et Johnny Hallyday en 2006. Il a également travaillé àla création des costumes d’opéra confiés àla Maison Sorbier : Les Contes d’Hoffman, La Traviata, etc. C’est grâce àson amie Beatrice Dalle jouant Lucrèce Borgia qu’il rencontre David Bobée avec qui il noue une profonde amitié et qui lui propose d’être son créateur de costumes pour La Vie est un songe aux JTC de Tunis en 2015.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Benjamin Hulett, Tom Rakewell / ténor

 

Le jeune ténor britannique Benjamin Hulett a fait ses études musicales au New College à Oxford avant de rejoindre la Guildhall School of Music. Il se forme avec David Pollard. Il se produit avec Sir Andrew Davis et le BBC Symphony Orchestra (BBC Proms), l’Orchestre des Champs-Elysées et Philippe Herreweghe, le Koninklijk Concertgebouworkest, l’Academy of Ancient Music dirigée par Hogwood et SDR Stuttgart dirigée par Sir RogerNorrington. Il chante dans Fairy Queen sous la direction de Harry Bicket, dans La Création avec Emmanuelle Haim, dans Les Mélodies Françaises de Britten dirigées par Jeffrey Tate à Turin, dans Les Illuminations pour le Gergiev Festival de Rotterdam, Ferdinand dans les extraits de The Tempest pour VARA Radio au Concertgebouw. Il chante également la 9e Symphonie de Beethoven au Japon avec Frans Bruggen, des arias de Mozart avec le Scottish Chamber Orchestra aux BBC Proms, et Das Paradies und die Peri au Festival d’Edimbourg dirigé par Sir Roger Norrington. Soliste de l’Opéra de Hambourg, il a interprété de nombreux rôles dont : Oronte (Alcina), Jaquino (Fidelio), Arbace (Idomeneo), the Novice (Billy Budd), Tamino (Die Zauberflöte) et Ferrando (Cosi fan tutte) ; il revient comme artiste invité pour Tamino et Narraboth (Salomé). Il chante Oronte pour le Bavarian State Opera, fait ses débuts en Peter Quint (Le Tour d’écrou) pour Opera North, Arbace avec Europa Galante et Fabio Biondi, et participe à une création de Johannes Kalitzke pour le Theater an der Wien. Il s’est également produit au Festival de Salzbourg, à la Deutsche Staatsoper à Berlin et au Festival de Baden-Baden.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie Arnet, Anne Trulove / soprano

 

Née en Suède, Marie Arnet a fait ses études à la Royal Academy of Music de Londres et au National Opera Studio. Elle a fait ses débuts au Festival de Glyndebourne en remplaçant au pied levé Susanna des Noces de Figaro. Elle y est retournée par la suite pour chanter Diane dans Iphigénie en Aulide, Ilia dans Idoménée (dirige par Sir Simon Rattle), Mélisande de Pelléas et Mélisande et Drusilla du Couronnement de Poppée. Parmi ses autres apparitions au Royaume-Uni, signalons Sophie dans Le Chevalier à la Rose et Giulietta dans Les Capulets et les Montaigus à Opera North et Susanna des Noces de Figaro à l’English National Opera. Elle a chanté Eurydice dans une nouvelle production d’Orphée et Eurydice de Gluck à l’Opéra de Lausanne, ou elle est retournée pour La Grotte de Trifonio de Salieri avec Christophe Rousset. Elle a été Pamina dans La Flûte enchantée au Teatro Real de Madrid, à Nantes et au Centre des Arts de Hyogo, au Japon, Mélisande dans Pelléas et Mélisande à Palerme et à La Scala, Ilia dans Idoménée à l’Opéra d’état de Hamburg et au Liceu de Barcelone, Belinda dans Didon et Énée à La Scala et Xenia dans Boris Godounov, ainsi que Ginevra dans Ariodante au Liceu de Barcelone. Parmi ses engagements plus récents, on compte Eurydice dans Orphée et Eurydice et Despina dans Così fan tutte à l’Opera Royal de Stockholm, La Flûte enchantée à l’Opera de Los Angeles et au Festival de Spoleto, Les Noces deFigaro à l’Opera national des Pays- Bas, Alceste dans Admeto de Haendel avec Nicholas McGegan au Festival de Gottingen et, plus récemment, elle est retournée à Nantes pour Pamina dans La Flûte enchantée. Son répertoire de concert inclut La Passion selon saint Jean et la Messe en si mineur de Bach, les Symphonie n°2 et Symphonie n°4 de Mahler, les Requiem de Fauré et de Brahms, la Petite Messe solennelle de Rossini, le Stabat Mater de Pergolèse, la Messe Nelson et La Création de Haydn ainsi que le Te Deum de Bruckner. Elle a chanté L’Enfance du Christ de Berlioz au Festival des Trois Choeurs, le Requiem de Mozart avec Paul MacCreesh et le Gabrieli Consort ainsi qu’avec l’Orchestre symphonique de Londres sous la direction de Sir Colin Davis à Londres et New York, A Child of Our Time (Tippett) et Les Noces (Stravinsky) avec l’Orchestre de la Radio-Television à Madrid, Solomon de Haendel pour la NDR ainsi qu’avec René Jacobs et l’Orchestre du Siècle des Lumières, l’Oratorio de Noël de Bach en tournée avec William Christie et Les Arts Florissants, Un Requiem allemand de Brahms aux BBC Proms avec James Conlon. Récemment, elle s’est fait remarquer dans The Infernal Comedy avec Martin Haselbock et John Malkovich en Europe et en Amérique, dans la Symphonie n°3 de Tippett avec l’Orchestre symphonique de la BBC, Le Cor merveilleux de l’enfant de Mahler en concert avec le Kymi Sinfonietta de Finlande, l’Akhmatova Requiem de Tavener avec l’Orchestre symphonique de la BBC et Orphée et Eurydice avec l’Orchestre des Pays de Savoie. Elle a interprété Harey au pied-levé lors de la création mondiale de Solaris de Glanert au Festival de Bregenz, et le rôle-titre de Lulu dans la mise en scène de David Pountney au Welsh National Opera lui a valu les éloges de la presse. Elle a chanté deux concerts de Zaïs avec Les Talens Lyriques, le Chat du Cheshire dans Alice au Pays des merveilles avec l’Orchestre philharmonique de Los Angeles et au Barbican de Londres, et elle a chanté Wendy dans Peter Pan, opéra de Richard Ayres, au Welsh National Opera. Cette saison, elle retourne au Welsh National Opera en Susanna pour une création, Figaro Gets a Divorces. Elle retourne également à l’Orchestre symphonique de la BBC pour interpréter la Symphonie n°2 de Gorecki au Barbican Centre.

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Isabelle Druet, Baba La Turque / mezzo-soprano

 

Apres une saison 2014/2015 marquée notamment par ses débuts aux USA avec le Detroit Symphony Orchestra et dans le cadre prestigieux du Festspielhaus de Baden-Baden avec les Berliner Barocksolisten, la mezzo-soprano Isabelle Druet, lauréate du concours Reine Elisabeth de Belgique 2008, ≪révélation ≫des Victoires de la Musique 2010 et du programme Rising Stars mené par la Cité de la Musique en 2013, apparait cette saison encore avec un égal bonheur tant sur les scènes d’opéra qu’au concert, exercice qu’elle affectionne particulièrement.

2015/2016 la verra ainsi de retour à l’Opeéa National de Paris pour Rigoletto,

ainsi qu’en récital avec l’Orchestre National de Lorraine, pour le cycle Shéhérazade de Ravel, à l’Opéra de Limoges pour un récital Offenbach et en compagnie du choeur Accentus et Insula orchestra pour une nouvelle Petite Messe solennelle de Rossini. Elle apparaitra également en plus petite formation, avec des partenaires tels que les pianistes Anne le Bozec et Georges Pludermacher et poursuivra sa collaboration privilégiée avec le Poème Harmonique dans le répertoire de musique ancienne. C’est dans le rôle du Page de Salomé qu’elle a fait ses débuts à l’Opéra de Paris en 2011. Parmi ses nombreux autres rôles a la scène, citons Carmen (Opéra National de Lorraine, Opéra de Dusseldorf / Duisburg), Orlovsky dans Fledermaus à l’Opéra du Rhin ; le rôle titre de L’Italiana in Algeri à l’Opéra- Theatre de Metz ; La Sagesse, Sidonie et Mélisse dans Armide de Lully au Théâtre des Champs-Elysées sous la direction de William Christie ; Didon dans Dido & Aeneas en tournée nationale et à Bruxelles ; Arcabonne dans Amadis de Lully (Avignon et Massy), la 3e Dame dans Zauberflöte (Festival d’Aix en Provence, salle Pleyel, Philharmonie de Berlin et en tournée européenne – dir. René Jacobs) ou encore le rôle-titre de La Périchole d’Offenbach... Musicienne au parcours atypique, Isabelle Druet a commencé à explorer la voix à travers les musiques traditionnelles et actuelles ; parallèlement à ses études au CNSM de Paris elle s’est formée au métier de comédienne et aime ainsi à sortir des sentiers battus : musiques traditionnelles et musiques actuelles, opéras de rues, récital équestre... Il lui tient à cœur de partager son art vocal avec le plus grand nombre. Dans cet esprit on a pu l’entendre en tournée dans le rôle-titre de La Grande Duchesse de Gerolstein avec la compagnie Les Brigands, elle a par ailleurs créé en 2009 en compagnie de Benoit Humbert, Marc Mauillon et le duo Double- Piano La Valse perdue d’Offenbach, un récital-conte tout public ; elle participe enfin à des ciné-concerts, consacrés à L’Aurore de Murnau. Sollicitée par de nombreux orchestres et ensembles, elle a chanté entre autres sous la direction de F.X. Roth, avec l’Orchestre d’Avignon, l’Orchestre de Liège, avec le BBC National Orchestra of Wales... Elle chante également régulièrement dans des programmes de musique sacrée. Isabelle Druet a enregistré en 2011 chez Aparte son premier disque en récital avec la pianiste Johanne Ralambondrainy, consacré à la mélodie française, Jardin Nocturne, salue par la critique (ƒƒƒƒ Telerama).

 

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kevin Short, Nick Shadow / baryton

 

Kevin Short est engagé cette saison et pour les saisons à venir dans des rôles tels que Le Précepteur dans Elektra au Métropolitain Opera, Le Comte de Gormas dans Le Cid au Théâtre de Saint-Gall, Archibaldo dans L’Amour des trois rois de Montemezzi à l’Opéra de Sarasota, à l’Opéra de Reims, à l’Opéra de Rouen, à l’Opéra de Limoges et au Grand Théâtre de Luxembourg, et Porgy dans Porgy and Bess au Staatstheater de Nuremberg. Il a également deux projets discographiques majeurs en 2016 avec le maestro Larry Foster pour le label Pentatone Music : Lodovico dans Otello et un album d’airs solo avec l’Orchestre de l’Opéra de Marseille. Parmi ses engagements les plus récents, on trouve Zaccaria dans Nabucco et Dr Primus dans La Maison Usher de Getty à l’Opéra national du Pays de Galles, Zaccaria dans Nabucco au Festival de Savonlinna et au Florida Grand Opera, Bartolo dans Le Barbier de Séville au Florida Grand Opera, Don Fernando dans Fidelio à l’Opera de Seattle, Rocco dans Fidelio a l’Opéra d’Omaha, Le Roi dans Aida au Festival de Bregenz, Le Hollandais dans Le Vaisseau fantôme et Nick Shadow dans The Rake’s Progress au Staatstheater de Berne, Méphistophélès dans Faust et Leporello dans Don Giovanni au Teatro Nacional de Sao Carlos, Sarastro dans La Flûte enchantée au Festival de Spoleto, Amonasro dans Aida à l’Opéra d’Arizona, Le Mikado (rôle-titre) a l’Opéra d’Ohama, La Rocca dans Un Jour de règne, Philippe II dans Don Carlos et Pagano dans Les Lombards à l’Opéra de Sarasota, Sparafucile dans Rigoletto au Lyric Opera de Kansas City, ainsi que Porgy dans Porgy and Bess à Naples, Florence, Linz, Luxembourg, Las Palmas, avec l’Orchestre Giuseppe Verdi de Milan ainsi qu’avec l’Orchestre symphonique national de Saint-Petersbourg pour une tournée en Russie. Outre les quelque vingt opéras qu’il a interprétés au Metropolitan Opera, il a également chanté dans les opéras les plus prestigieux d’Amérique du Nord et d’Europe et dans des festivals tels le Festival de Baden-Baden et le Festival d’Aix-en-Provence. Parmi les nombreux concerts auxquels Kevin Short a participé, on signalera plus particulièrement Pagano des Lombards à l’Opéra-Orchestre de New York, Avery Fischer Hall ; le Messie avec l’Orchestre de Philadelphie ; le Stabat Mater de Rossini avec l’Orchestre de Cleveland ; Les Noces de Stravinsky avec l’Orchestre symphonique de San Francisco ; The Rake’s Progress avec l’Orchestre symphonique de Boston ; la Symphonie n°9 de Beethoven avec l’Orchestre symphonique de Saint Louis et celui de Detroit ; Le Messie et La Damnation de Faust avec l’Orchestre symphonique de Baltimore ; La Flûte enchantée au Nouvel Orchestre Philharmonique du Japon ; des airs de Verdi avec l’Orchestre de Suisse et l’Orchestre de la RAI ; d’autres concerts d’airs d’opéras avec l’Orchestre de Parme-Reggio Emilia. Kevin a reçu sa formation à l’Université d’Etat de Morgan, B.S., au Curtis Insitute of Music, M. M. et à l’Opera Center de la Juilliard School of Music. Il remporte les Auditions du Conseil National du Métropolitain Opera.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Colin Judson, Sellem / ténor

 

Colin Judson a étudié le chant à la Guildhall School of Music avant de bâtir sa carrière opératique tant au Royaume-Uni qu’ à l’étranger, s’imposant comme l’un des principaux acteurs-chanteurs de ces dernières années. Il est aujourd’hui extrêmement demandé, tant à l’opéra et au concert que pour des apparitions télévisées. Colin a fait ses débuts au Royal Opera House-Covent Garden dans le rôle de Pang de Turandot et y est retourné pour interpréter Vogelgesang des Maîtres chanteurs de Nuremberg (Pappano) et Monostatos dans la production de La Flûte enchantée de David McVicar. Pour le Festival de Glyndebourne, il a chanté des rôles tels que Squeak dans Billy Budd (Elder), Vogelgesang des Maîtres chanteurs (Jurowski), Don Curzio des Noces de Figaro (Ticciati), Remendado dans Carmen (Jordan), Pasek dans La Petite Renarde rusée (Jurowski) et Bardolfo de Falstaff (Elder), ainsi que la Sorcière dans Hänsel et Gretel pour Glyndebourne on Tour. A l’English National Opera, il a chanté le Troisième Juif dans Salomé, Monostatos dans La Flûte enchantée, Timorous/Lord Lechery/Messenger dans The Pilgrim’s Progress (Brabbins), Don Basilio des Noces de Figaro et Tchekalinsky dans La Dame de Pique. Toujours au Royaume- Uni, il a chanté La Flûte dans Le Songe d’une nuit d’été pour Opera North ainsi que Sellem du Rake’s Progress pour le Scottish Opera. Ses autres rôles incluent Nick de La Fille du Far-West (Corti) au Festival d’Edimbourg, Rustighello dans Lucrezia Borgia et Camacho dans Les Noces de Camacho de Mendelssohn au Festival de Buxton (Greenwood) et Mime dans Siegfried au Festival de Longborough. Parmi les grands moments de sa carrière hors Royaume-Uni, on se souvient de son Mime dans Siegfried à Lisbonne (Letonja), Strasbourg (Flor) et pour l’Opéra national finlandais d’Helsinki (Segerstam), Snout dans Le Songe d’une nuit d’été au Teatro Real de Madrid, Don Curzio à l’Opéra national d’Amsterdam, Truffaldino dans L’Amour des Trois Oranges à Limoges, Dr Caius dans Falstaff à l’Opéra d’Angers-Nantes, Monostatos au Théâtre du Capitole (Toulouse), Jaquino dans Fidelio à l’Opéra national de Bordeaux, Bob Boles de Peter Grimes à l’Opéra de Lyon (Ono) et Sellem du Rake’s Progress à Turin (Noseda). Colin s’est aussi régulièrement produit à l’Opéra de Cologne, ou il a chanté des rôles tels que Le Berger/Le Jeune Matelot dans Tristan et Isolde, Monostatos dans La Flûte enchantée, Spoletta dans Tosca, Goro de Madame Butterfly et Pedrillo dans L’Enlèvement au sérail. Au concert, Colin interprète le Requiem de Verdi à la Cathédrale d’Hereford, la Messe Nelson de Haydn (Festival de Brighton), la Symphonie n°9 de Beethoven avec le Royal Philharmonic Orchestra, Male Chorus dans Le Viol de Lucrèce à l’International Summer School de Dartington, et le War Requiem de Britten au Megaron d’Athènes. Colin a également participé il y a peu à un concert en mémoire de Pavarotti pour l’Italian Society d’Edimbourg & Glasgow.

En 2015-2016, il chante Le Grand Prêtre d’Akhnaten à l’English National Opera,

la Sorcière d’Endor dans Saul pour Glyndebourne on Tour, Vogelgesang des Maîtres chanteurs et le Maitre d’école dans La Petite Renarde rusée au Festival de Glyndebourne.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Kathleen Wilkinson, Mother Goose / mezzo-soprano

 

Née à Lancashire et d’origine irlandaise, la mezzo-soprano Kathleen Wilkinson a étudié à Londres au Royal Northern College of Music, ou elle a gagné un Peter Moores Foundation Scholarship et le Webster Booth Competition. Elle fait ses débuts au Royal Opera, Londres, dans le rôle de She Ancient (The Midsummer Marriage), et a chanté aussi Anna dans Maria Stuarda, Brigitta dans Die tote Stadt, Magd Elektra et Filipyevna dans Eugène Onéguine. Parmi ses autres rôles : Mrs Herring dans Albert Herring et Mistress Quickly dans Falstaff avec Glyndebourne On Tour ; Ursule dans Béatrice et Bénédict avec le Scottish Chamber Orchestra ; Geneviève dans Pelléas et Mélisande, la vachère dans Jenufa et Filipyevna dans Eugène Onéguine, pour le Glyndebourne Festival Opera ; la femme de ménage dans L’Affaire Makropulos, Mamma Lucia dans Cavalleria Rusticana pour l’English National Opera ; Mère Jeanne dans Dialogues des Carmélites et Filipyevna dans Eugène Onéguine avec le Grange Park Opera et aussi avec le Garsington Opera à Wormsley et le Welsh National Opera. Avec le Scottish Opera, elle a interprète les rôles de la nourrice et de la vieille femme dans Inès de Castro, celui de la Première Norn dans Le Crépuscule des Dieux, Erda dans Das Rheingold et Schwertleite dans La Walkyrie. En Europe, elle s’est produite au Teatro Coliseo à Porto, à l’Opéra national de Lyon, à l’Opéra de Rennes, à l’Opéra Vlaanderen en Belgique, à Angers Nantes Opéra et au Festival Wagnerien de Sopot en Pologne. Elle a chanté sous la direction de Thomas Ades, Sir Richard Armstrong, Bertrand de Billy, Sir Mark Elder, Richard Farnes, Edward Gardner, Richard Hickox, Vladimir Jurowski, Kirill Karabits, Jan Latham-Koenig, Lothar Koenigs, Sir Charles Mackerras, James MacMillan, Paul McCreesh, Ingo Metzmacher, Kazushi Ono, Carlo Rizzi et Robin Ticciati.

Parmi ses enregistrements : L’Affaire Makropoulos et Katya Kabanova pour Chandos CD et Eugène Onéguine pour Opus Arte DVD / Blu Ray.

#RETOUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stephan Loges, Father Trulove / basse

 

Né à Dresde, Stephan fut l’un des premiers lauréats du Concours international de chant du Wigmore Hall. Il a donné des récitals à travers le monde, se produisant régulièrement au Wigmore Hall de Londres ainsi qu’au Carnegie Hall de New York, au Concertgebouw d’Amsterdam, au Konzerthaus de Vienne, au Klavierfestival de la Ruhr, à La Monnaie de Bruxelles, au Festival du Schleswig-Holstein, à Saint-Jacques-de- Compostelle, à la BBC Radio 3 et aux Vocal Arts Series de Washington avec des pianistes tels que Roger Vignoles, Simon Lepper, Iain Burnside, Alexander Schmalcz, Eugene Asti et Llyr Williams. Parmi ses projets pour cette saison et les saisons à venir, signalons Golaud dans Pelléas et Mélisande avec l’English Touring Opera, le Requiem de Mozart avec la Camerata de Manche ster et le Choeur Philharmonique de Leeds, La Passion selon saint Matthieu (le Christ) avec le Monteverdi Choir et Sir John Eliot Gardiner pour une tournée européenne, l’Orateur dans La Flûte enchantée avec René Jacobs au Theater an der Wien et Un Laquais dans Ariane à Naxos à La Monnaie. Coté récitals, il retournera au Wigmore Hall et se produira plusieurs fois au Festival de lieder d’Oxford. Enconcert, il a interprété le War Requiem de Britten avec l’Orchestre de Melbourne et l’Orchestre symphonique de Sapporo, le Requiem de Mozart avec l’Orchestre philharmonique d’Auckland et Bernard Labadie, la Messe en ut mineur avec Olari Elts au Portugal, la Symphonie n°9 de Beethoven et Drei Chinesische Lieder de Penderecki avec l’Orchestre d’Ulster, Mauregato dans Alfonso et Estrella de Schubert avec l’Orchestre du Mozarteum de Salzbourg et Ivor Bolton, L’Enfance du Christ de Berlioz avec l’Orchestre symphonique de la Radio suédoise et Robin Ticciati, La Nuit de Walpurgis de Mendelssohn à Florence, La Création de Haydn avec l’Orchestre symphonique d’Islande, l’Orchestre du Mozarteum de Salzbourg, l’Académie de Chambre de Potsdam et Antonello Manacorda, Les Saisons, avec le Semperoper de Dresde, Les Sept Dernière Paroles du Christ avec l’Orchestre philharmonique de Bergen, le Requiem de Bruckner avec la Royal Northen Sinfonia, The Tempest Songbook de Saariaho avec l’Ensemble Scharoun à la Philharmonie de Cologne, la Messe du Couronnement de Mozart et le Stabat Mater de Haydn avec l’Ensemble orchestral de Paris et Fabio Biondi, et il s’est aussi fréquemment produit avec l’Orchestre de chambre d’Ecosse. Stephan Loges a chanté des Cantates de Bach avec Eliot Gardiner ainsi que Les Passions avec le Gabrieli Consort et Paul McCreesh (également enregistrées chez DG). Il a fait ses debuts aux Proms en 2002 dans La Passion selon saint Matthieu avec Trevor Pinnock et s’est depuis produit à de nombreuses reprises dans cette œuvre, que ce soit avec des orchestres modernes ou sur instruments d’époque. Stephan a été membre du Kreutzchor de Dresde avant de faire ses études à la Hochschule der Kunste de Berlin et à la Guildhall School of Music and Drama de Londres. Alexander Barnes

#RETOUR

 

 

HAUT DE PAGE