Les explorations plastiques de Manon Painteaux
Les vitrines de l’Opéra : un nouveau territoire

L’été sera show ! C’est la promesse lancée par la Ville de Reims avec son appel à projets pour redonner à la culture une place au soleil. Une occasion dont s’est saisi l’Opéra de Reims, sollicitant l’artiste Manon Painteaux pour habiller ses vitrines. Véritable ouverture entre l’institution et la rue, cette œuvre éphémère se veut comme un point de ralliement pour les publics.

La vie reprend son cours, et la culture ses droits. Pour enflammer la saison estivale au-delà du thermostat, la Ville de Reims a soumis un appel à projets afin d’investir l’espace public de nouvelles créations. Depuis le 16 juillet, ces propositions viennent agrémenter l’offre culturelle qui était déjà en place – telle qu’« Un été à Reims » – afin de faire vivre aux habitants un « voyage artistique et culturel unique » comme le précise le communiqué. Une initiative qui se veut avant tout légère, solidaire, écologique et bien sûr respectueuse des normes sanitaires en vigueur. Toutes les disciplines sont conviées à la fête et la diversité est de mise.

Fermé durant cette période, l’Opéra de Reims met à profit son temps et son espace vacant pour rejoindre l’opération « L’été sera show ! ». C’est auprès de la Fileuse, résidence d’artistes, qu’il trouve sa réponse. Manon Painteaux, illustratrice au sein de cet espace, travaille et développe actuellement son univers et sa démarche. C’est entre ses mains que l’institution a confié ses surfaces de verre. L’objectif ? Réaliser une vitrophanie sur les sept fenêtres de l’Opéra au rez-de-chaussée. C’était là l’unique brief technique imposé, lui laissant carte blanche pour l’aspect créatif. Une occasion pour l’artiste de se prêter à l’exercice du monumental et de relever ce nouveau challenge.

Une histoire sans tête
Graphiste de formation, Manon Painteaux continue d’exercer en agence tout en développant depuis deux ans sa pratique artistique en marge, notamment au sein de résidences comme la Fileuse. Elle déploie un univers qui s’alimente des bédéistes des années 80-90. Des cartoons, des personnages hauts en couleur et décalés qui ont nourri son adolescence, des planches de Peter Saul à Stéphane Blanquet. Dans son travail, elle entretient une nature universelle, des figures transgénérationnelles qui peuvent parler à tous et être réappropriées aisément. Ni totalement humaine, ni vraiment animale, on ne distingue que leurs foulées plantureuses et leurs mains robustes. Fourrure ou cheveux, c’est un amas de texture, de tissus qui surplombent le sommet de leur corps, dissimulant une tête qu’on imagine nécessaire à leur survie. Ce sont ces petits bonhommes qui parcourent la façade de l’Opéra sous les traits d’énormes stickers en vinyle blanc.

« L’idée c’est que ma démarche puisse contrebalancer l’image que l’on a de l’Opéra, celle d’un lieu très solennel et très classique. C’est aussi une volonté de leur part de s’ouvrir et de casser cette image un peu figée » nous explique l’artiste. En prenant possession des fenêtres, Manon Painteaux devient par son œuvre, la vitrine de l’Opéra de Reims, elle devient l’interlocutrice première avec les passants. Recouvrant ainsi ses vitres, elle brise la glace, le mur de verre qui retient les plus réticents à franchir la porte. Nommée « Point de vue », cette fresque, ces petits êtres dont on ne perçoit pas les yeux nous donnent pourtant à voir un autre visage de l’Opéra. Jusqu’au 19 septembre.

 

manonpainteaux.bigcartel.com
IG : @manonpainteaux

 

Texte : Marie-Charlotte Burat
Images : © Manon Painteaux
Photos des vitrines : Opéra de Reims
Portrait : Vincent VDH

    

 


Encore des secrets dans les
coulisses

[L’OPÉRA HORS LES MURS]

[L’OPÉRA HORS LES MURS]

 L’Opéra de Reims à travers les yeux de Jean-Christophe Hanché Un projet d’exposition dans la ville, à découvrir en 2023.  L'Opéra de Reims bouge et entend le faire savoir. Alors que Reims est en lice pour devenir la prochaine Capitale européenne de la culture, la...

lire plus
[OPÉRA]

[OPÉRA]

  Didon et Énée,Une reine et des larmes  Considéré comme le premier véritable opéra anglais le chef d’œuvre de Purcell, composé en 1689, ensorcelle dans cette nouvelle production de l’Arcal. La vision audacieuse de Catherine Kollen et du metteur en scène Benoît...

lire plus
[EN FAMILLE]

[EN FAMILLE]

Le Fabulatographe, Une nouvelle expérience des Fables de La Fontaine  Comment mettre en scène et en musique Les Fables de Jean de La Fontaine aujourd’hui ? À l’occasion du 400e anniversaire (en 2021) du célèbre auteur, la compagnie lyrique Les Monts du Reuil et la...

lire plus

* Tous les champs sont obligatoires.

À l'Opéra on like les réseaux sociaux !

This message is only visible to admins.
Problem displaying Facebook posts.
Click to show error
Error: Server configuration issue

 

L’Opéra se lit aussi !