Quand la Pellicule nous ensorcelle

Le Cycle Cinéma Opéra, saison 2021-2022

L’association La Pellicule Ensorcelée propose, à l’Opéra de Reims, un cycle de projections autour de la comédie musicale. L’occasion de (re)découvrir des films cultes.

C’était il y a six ans. Une première collaboration associait l’Opéra de Reims et une structure dédiée à la promotion du cinéma indépendant, de court ou long métrage, La Pellicule Ensorcelée. Née voici vingt ans de l’imagination de son directeur, Jérôme Descamps, elle sillonne depuis toute la région et même bien au-delà,

pour faire découvrir le cinéma sous ses multiples formes. En 2015, donc, un projet était né autour du film d’animation Pierre et le loup, de Suzie Templeton. Jérôme Descamps en avait imaginé une forme de ciné-concert, avec le chef Yann Molénat et l’orchestre de l’Opéra de Reims. « Un grand succès public, se souvient Jérôme Descamps. Chaque représentation se terminait par un quizz musical auquel participaient les enfants et les adultes, j’ai adoré cela. » Un nouveau projet commun devrait voir le jour dans les années à venir. Il reste pour cela à trouver « le bon film » avant de lancer sa production. Mais, pour l’heure, c’est autour d’un cycle de projections que l’Opéra et la Pellicule Ensorcelée ont travaillé. « Il sera centré autour de la comédie musicale, un genre pour lequel je me suis passionné à mon arrivée à Paris, dans les années 1980. Le format me paraît aussi très adapté à ce que nous souhaitons tous pour ces retrouvailles avec les salles de spectacle. Un peu de folie, des propositions qui tranchent, l’envie de vivre ensemble des moments forts… ». Sur une première sélection d’une vingtaine de films, Jérôme Descamps en a retenu 5 pour cette première saison. Elle s’ouvrira sur la projection du Magicien d’Oz (1939), « un monument du cinéma, le film qui nous donne à voir la transition entre le noir et blanc et la couleur. » Puis ce sera, Phantom of the paradise (1974), « pour cette vision folle qui est celle de De Palma », une surprise moyen-orientale pour FARaway-Festival des arts à Reims 2022, et une comédie musicale « absolument culte » : The Rocky Horror Picture Show (1975), « décalée et subversive, ce que qui est l’essence même du théâtre ». Jérôme Descamps n’oublie où ces films seront projetés. « C’est une véritable expérience de les voir sur grand écran, dans cette bonbonnière qu’est la salle de l’Opéra de Reims, avec à ses côtés d’autres personnes, que l’on ne connaît pas, et qui partagent les mêmes émotions que nous… ». Et c’est également pour cette « expérience » que ce cycle s’achèvera sur West Side Story (1961), « dont on ne peut vraiment apprécier l’incroyable mise en scène que sur un grand écran. Or, qui, aujourd’hui, a déjà vu ce film dans ces conditions ? », interroge le programmateur. Présente dans les salles de la région et d’ailleurs avec ses projections choisies, la Pellicule Ensorcelée l’est aussi sur les routes. Avec la Caravane Ensorcelée, forte de son catalogue de 250 œuvres, elle s’installe dans les festivals pour y proposer ses « micro-projections » pour une douzaine de spectateurs. Elle programme aussi des temps forts, à l’image du volet cinéma du festival Le Cabaret Vert, à Charleville-Mézières. Pour célébrer ses vingt années sur les routes, Jérôme Decamps a commandé deux courts métrages : l’un à Aurélie Bonamy, mêlant animation et archives, autour de cet anniversaire ; l’autre à Johanna Vaude, autour de la manière dont les réalisateurs ont traité la figure du spectateur au cinéma. Et il s’attelle à un tout nouveau projet : un camion, le Kinotrope, customisé et transformé en studio vidéophonique, pour enregistrer des portraits de gens, spectateurs de cinéma ou simples habitants d’une ville ou d’un quartier. La Pellicule n’a pas fini de nous ensorceler…

Le Magicien d’Oz
29 septembre à 18H30

Phantom of the paradise
13 octobre à 18H30

Réservations à partir du 28 août.

Les projections aux dates ultérieures sont à retrouver dans notre brochure dès la rentrée ou sur operadereims.com, rubrique « saison ».

lapelliculeensorcelee.org

Texte : Cyrille Jouanno
Images : La Pellicule Ensorcelée

Encore des secrets dans les
coulisses

[OPÉRA SEMISERIA]

[OPÉRA SEMISERIA]

La Sonnambula, Un rêve éveillé  En mai, l’Opéra de Reims vous propose de découvrir l’une des plus belles pages lyriques du romantisme italien avec La Sonnambula, un opéra semiseria en deux actes de Vincenzo Bellini.   L’histoire Dans un village suisse au début du...

lire plus
[BALLET]

[BALLET]

L’Oiseau de feu & Le Sacre du printemps Par le Malandain Ballet Biarritz  Depuis leur création, les chefs-d’œuvre des Ballets Russes ont inspiré les chorégraphes du monde entier. C’est au tour de Thierry Malandain et Martin Harriague de diriger les danseurs du...

lire plus
[L’OPÉRA HISTORIQUE]

[L’OPÉRA HISTORIQUE]

L’Opéra, un symbole culturel rémois  En quelque 150 années d’existence, l’Opéra de Reims a su traverser la vicissitude des temps sans jamais renier sa vocation de mettre la culture à la disposition des Rémois. A partir des années 1860, le besoin de doter la ville d’un...

lire plus

* Tous les champs sont obligatoires.

À l'Opéra on like les réseaux sociaux !

This message is only visible to admins.
Problem displaying Facebook posts.
Click to show error
Error: Server configuration issue

 

L’Opéra se lit aussi !