L’OPÉRA ACCESSIBLE
Du soleil au cœur des publics en marge

Moins visibles que les spectacles programmés sur scène, les interventions artistiques que l’Opéra de Reims organise à l’extérieur de ses murs font partie intégrante de sa mission culturelle. Les objectifs varient selon les partenariats mais la finalité est unique : il s’agit de créer un lien particulier avec des publics différents et de rendre le chant lyrique et la danse accueillants, accessibles et bénéfiques à tous par une approche adaptée à chacun.

« Qu’on intervienne en milieu scolaire, au conservatoire, dans un établissement de santé ou auprès d’une association, tous les projets ont la même importance, souligne Leslie Marques, chargée du secteur des relations avec le public, qui a été recrutée en 2017 par l’Opéra de Reims pour élargir ce champ d’action. Dans le secteur médico-social, nous veillons à ce que, en plus de favoriser la découverte de l’opéra comme genre et comme lieu, ces projets apportent un bienfait corporel ou psychologique aux publics ciblés. À la fin d’un cycle, conçu autour d’un spectacle qu’ils viennent voir, il est essentiel que chaque participant reste sur une impression positive. »

 

De tout petits signes

Au CRM-IMC1 du Val de Murigny, cette impression positive est mesurable à de tout petits signes, si importants… « L’art et la culture sont un bon moyen d’éveiller au monde extérieur les jeunes en situation de polyhandicap. La danse en particulier, si universelle », observe Nissa Amari, éducatrice spécialisée, qui est à l’origine de l’action mise en place depuis 2017 avec l’Opéra. Elle implique cette année un petit groupe de six, âgés de 9 à 17 ans, et l’équipe de professionnels qui les accompagnent au quotidien. « Les intervenants se sont adaptés très naturellement. Ils font preuve d’empathie, d’intelligence, de pédagogie, d’une belle générosité. » Parmi eux, Céline Coessens, interprète en danse contemporaine dans plusieurs compagnies de la région : « J’essaie de créer une atmosphère de bienveillance. Il y a d’abord l’écoute musicale qui apaise et fédère le groupe, puis le travail sur le regard pour se relier les uns aux autres. Après vient le toucher par les mains pour réveiller la sensibilité. On est sur des mouvements délicats, harmonieux, très organiques, sur la circulation dans l’espace, le rapport à l’autre, à la musique. » L’expérience n’est pas sans effet sur sa pratique. « Là, on ne peut pas être dans l’amplitude. On est plus dans la finesse, l’infime parfois. Il faut arriver à être le plus simple et le plus vrai possible. Cela m’a permis d’affiner ma perception, de sortir de ma zone de confort, de mes automatismes. » Pour vivre ces rencontres au milieu d’eux, Nissa Amari voient ce qu’elles apportent aux adolescents en fauteuil : « C’est un vrai moment de partage, de bien-être, de vie. À l’expression de leurs émotions sur le visage ou le corps, on arrive à déceler le plaisir qu’ils y prennent. »

Atteindre une certaine harmonie

Le chant s’avère un support tout aussi bienfaisant pour des femmes atteintes d’un cancer du sein. « En plus de nos activités classiques comme la rééducation fonctionnelle et le dragon boat, nous essayons d’ouvrir nos esprits et nos corps à d’autres expériences avec pour ambition le dépassement de soi », avance Claire Fiaschi, présidente d’Ensemble pour Elles. L’association a donc accueilli très favorablement la proposition de Leslie Marques en 2018. Réunies sous les toits de l’Opéra autour de la soprano Dorothée Lorthiois, elles ont travaillé sur les thèmes de l’œuvre baroque Il Mondo alla Reverse qu’elles allaient pouvoir applaudir au bout de leurs efforts. « On réalise mieux le travail que cela représente de chanter comme elle, reprend Claire Fiaschi. Il y a eu quelques parties de rigolade sérieuse avant que nos tentatives ressemblent à quelque chose, qu’on atteigne une certaine harmonie. » Mais là n’était pas l’objectif profond : « Le challenge est de se découvrir de nouvelles facettes, de se montrer capables de surmonter l’obstacle ensemble. » Bilan du projet qui reprendra dès la fin des restrictions sanitaires : « On a progressé dans la connaissance de soi et en audace. »

Mieux vivre la maladie

L’Institut Godinot attend lui aussi de pouvoir reconduire le partenariat engagé avec l’Opéra de Reims en 2019. Un partenariat qui s’est décliné en ateliers de chant et de danse ouverts à huit patientes pendant leur traitement. Objectif : les aider à mieux supporter leur état et améliorer leur qualité de vie. Anaïs Robillard, accompagnatrice santé : « La danse met en mouvement leur corps meurtri, transformé, et leur permet de l’accepter tel qui est. Le chant, lui, diminue le stress et booste le système immunitaire. Dans les deux cas, elles pensent à autre chose que la maladie, passent un moment de détente avec des personnes qui sont dans la même situation. Les retours sont très positifs. » Pareillement destinataires des actions culturelles de l’Opéra, un groupe d’adultes du CMP2 Maupassant et quelques enfants de pédopsychiatrie au CHU remportent aussi des victoires sur eux-mêmes. « On ne cherche pas les mercis, confie Leslie Marques. Une personne qui gagne des capacités respiratoires, un enfant qui pleure parce qu’il a été touché par une voix, une jeune autiste qui ouvre la bouche pour la première fois, tout cela grâce au chant, c’est ce qui nous donne envie d’aller plus loin. »

 

1 Centre de rééducation motrice pour infirmes moteurs cérébraux

2 Centre médico-psychologique

Texte : Catherine Rivière

Encore des secrets dans les
coulisses

[HORS LES MURS]

[HORS LES MURS]

Tous les spectacles de la catégorie « hors les murs »  L’Opéra se lit aussi !  Nos soutiens    Conditions Générales de VentesFacebook Twitter Instagram Youtube Mentions légales | Contact | RGPD | 

lire plus
[COUP DE CŒUR DE L’OPERA]

[COUP DE CŒUR DE L’OPERA]

  LEONARD BERNSTEIN, LE DÉCHIREMENT D’UN GÉNIE (Disponible sur le Replay d’Arte jusqu’au 26 nov. 2021)     Ce documentaire proposé par Arte, revient sur l’histoire de Leonard Bernstein. À la fois chef d’orchestre et compositeur, cet homme passionné a dû concilier...

lire plus
[COLLABORATION ARTISTIQUE]

[COLLABORATION ARTISTIQUE]

CLARISSE LOCHMANN UN VENT NOUVEAU SOUFFLE SUR L’OPÉRA DE REIMS Vous l’avez certainement déjà remarqué, l'Opéra de Reims renouvelle cette saison son identité. Pour l'occasion il a fait appel à l'illustratrice nantaise Clarisse Lochmann, repérée pour son travail très...

lire plus

* Tous les champs sont obligatoires.

À l'Opéra on like les réseaux sociaux !

This message is only visible to admins.
Problem displaying Facebook posts.
Click to show error
Error: Server configuration issue

 

L’Opéra se lit aussi !