Le violon virtuose qui avait peur du vide

Conte musical

Thomas Nguyen

Vendredi 6 novembre | 19h30

Réserver

Ce conte musical est né d’une rencontre entre le violoniste russe, Sergey Malov, immense soliste couronné de multiples lauriers internationaux, l’auteur, illustrateur, metteur en scène, Néry Catineau et le compositeur Thomas Nguyen.

C’est l’histoire d’un prince, un violon ayant grandi dans un royaume où il est adulé des élites comme du peuple. La séduction est sa vraie nature mais il n’en joue que pour le plaisir de tous. Mais c’est compter sans la lune, grande narcissique parmi les narcissiques, qui va l’expulser d’une vie bien tracée pour l’obliger à s’échapper de son écrin et plonger dans une quête initiatique lui imposant de faire appel à son instinct. C’est aussi l’histoire d’un bout de bois plein de vie du nom de Pernambouc qui va passer, grâce à sa rencontre avec Violino, le cap décisif de l’adolescence à la maturité.

L’enjeu de cette création est de confronter la virtuosité violonistique classique à une nouvelle audace créatrice, celle de l’improvisation. Thomas Nguyen a donc composé une partition mettant en valeur la maestria de Sergey Malov tout en aménageant des plages de liberté pour laisser voler son imaginaire d’instrumentiste lumineux. Accompagné par l’énergie du quatuor à cordes Akilone et un ensemble vocal mixte, Le violon virtuose qui avait peur du vide invite le spectateur à suivre ce violon téméraire dans une aventure épique et fascinante.

Texte et illustrations : Néry Catineau
Musique : Thomas Nguyen
Violon solo : Sergey Malov

Quatuor à cordes
Ensemble vocal Allegri (6 solistes)
Direction : Jean-Marie Puissant
Régie générale : Fred Boileau
Production, diffusion : Jean-Marie Dumont

 

Dates

Vendredi 6 novembre | 19h30

PASS FAMILLE
– 50% pour le 2ème adulte
et – 50% à partir du 2ème enfant

Séances scolaires:
Jeudi 5 novembre : 14h30
Vendredi 6 novembre : 14h30
A partir de 6 ans.


Durée : 1h30
Tarifs : adultes 10€ / enfants 5€

 

 

Vous
aimerez sûrement…

* Tous les champs sont obligatoires.

L’opéra se lit aussi !

Nos soutiens