L’Histoire

C’est en 1866,
à la suite d’un concours
public, que l’architecte
rémois, Alphonse Gosset,
obtient le premier prix
pour la construction
d’un nouveau théâtre.

Cependant, en septembre 1914, dès les premiers bombardements, le théâtre est touché : la coupole et le grand lustre s’effondrent. Un incendie achève l’œuvre de destruction et à la fin de la guerre, seule reste debout la façade.

Lors de la reconstruction, les architectes Maille et Sollier respectent l’œuvre d’Alphonse Gosset.

En 1997, l’Opéra de Reims ferme ses portes pour des raisons de sécurité et de gros travaux de mise aux normes et de décoration sont entrepris.

Les architectes Henri Dumont, Bertrand Nivelle et Guignard sont chargés des opérations.

La décoration de l’opéra
s’inspire essentiellement
du style

art déco

La salle est caractéristique des théâtres à l’italienne, dont la multiplication des constructions au cours des XVIIIe , XIXe et début du XXe siècle, incarne l’expression d’une société compartimentée et hiérarchisée.

La disposition des sièges en fer à cheval laisse place au jeu du regard

Le lustre de la salle,

bouclier lumineux de
7,5 mètres de diamètre
en fer forgé et en verre
coloré, est « signé »
Edgar Brandt.

Il fut réalisé en 1929
par les ateliers Simon.
Sa lumière froide
comme un diamant
tranche avec
l’atmosphère
chaude
de la salle.

Tout autour de ce dernier court
la fresque de Rousseau Decelle.

Réalisée en 1931, elle a pour thème : « Les arts du Théâtre naissent des Fêtes de Bacchus » et vous pouvez y distinguer quatre scènes décoratives

Bacchus
et son cortège

Un dispositif acoustique est camouflé dans les motifs en relief qui courent tout autour de la salle. Ce motif récurrent, gravé au verso des fauteuils en bois, fait désormais partie intégrante du lieu.
L’inclinaison du plateau de 4% permet l’amélioration de la visibilité des spectateurs en faisant écho à l’inclinaison du parterre, ainsi que l’amélioration de la perspective des décors et de l’acoustique.

Une salle de répétition munie d’une grande estrade avec la même pente de 4% se situe dans les combles qui forment la coupole au-dessus du bouclier lumineux.

Formulaire de contact

L’opéra se lit aussi !

Nos soutiens

Nous soutenir

Mentions légales | Contact